| Contacts | Location map | Sitemap | DE | FR
title image

Communiqué de presse du 21 août 2008

Découvertes du Schnidejoch : 1000 ans de plus qu'Ötzi

Les objets préhistoriques libérés en 2003 par les glaces du Schnidejoch, dans l'Oberland bernois, se sont avérés bien plus anciens qu'on ne le pensait jusqu'ici. Ils datent de 4500 ans avant J.-C. et ont ainsi 1000 ans de plus que la momie glaciaire d'Ötzi. Telle est la révé-lation apportée par une conférence internationale ayant réuni des archéologues et des clima-tologues, à Berne.

Depuis que les glaciers fondent, la glace libère partout dans le monde des objets hautement intéressants au plan archéologique. Mais aussi pour la recherche climatique, à laquelle les vestiges préhistoriques et protohistoriques livrent des informations précieuses. Pour la pre-mière fois, des spécialistes de ces deux domaines scientifiques se sont réunis à Berne pour échanger les connaissances rassemblées grâce à ces découvertes. La conférence organi-sée par l'Oeschger-Zentrum für Klimaforschung de l'Université de Berne et le Service ar-chéologique du canton de Berne a attiré 120 chercheurs de tous les pays dans lesquels pa-reils vestiges ont été trouvés : le Canada, la Norvège, l'Autriche, l'Italie, la Suisse et les États-Unis.

Les plus anciennes découvertes du genre dans les Alpes

Parmi les conclusions majeures présentées à la conférence, on trouve la nouvelle datation des plus de 300 objets récoltés au Schnidejoch, un col situé à 2756 mètres d'altitude entre l'Oberland bernois et le Valais, qui était emprunté en des temps climatiquement plus favora-bles. L'éventail des objets découverts entre 2003 et 2007 s'étend de bouts de vêtements préhistoriques en cuir et raphia à des épingles en bronze et des clous de souliers romains en passant par un carquois et des flèches. L'âge de 46 de ces pièces a pu maintenant être éta-bli précisément à l'EPF de Zurich par datation au radiocarbone. Il s'est avéré, ce faisant, que les objets ont quelque 1500 ans de plus qu'on ne le pensait. « Nous savons maintenant que les découvertes du Schnidejoch sont les plus anciennes du genre jamais faites dans les Al-pes », déclare Albert Hafner, le responsable du projet du Schnidejoch au Service archéolo-gique.

Archéologues et climatologues travaillent main dans la main

La conférence qui s'est déroulée jeudi et vendredi de cette semaine était à l'origine destinée à dresser un état des lieux, en petit comité, des travaux de recherche réalisés au Schnide-joch. Mais le vif intérêt international suscité par le sujet a transformé cette réunion en un véri-table symposium scientifique, le premier au monde de ce genre. Jusqu'ici, les archéologues et les climatologues poursuivaient leurs activités séparément.

Comme la conférence bernoise l'a montré, les deux domaines scientifiques peuvent tout à fait profiter l'un de l'autre. « On a jusqu'ici prêté trop peu attention à l'influence du climat sur les développements historiques tels que par exemple les mouvements migratoires », expli-que Albert Hafner. Et Martin Grosjean, professeur de géographie à l'Université de Berne et directeur de l'Oeschger-Zentrum d'ajouter: « Les découvertes du Schnidejoch permettent de reconstruire plus précisément les mouvements glaciaires préhistoriques dans les Alpes. »

Analyse ADN de bouts de cuir vieux de 5000 ans

Les conclusions présentées lors de la conférence sur le Schnidejoch ont également attiré l'attention des participants au plan méthodologique. Angela Schlumbaum, de l'Institut für prähistorische und naturwissenschaftliche Archäologie de l'Université de Bâle, par exemple, a présenté une analyse ADN de bouts de cuir vieux de 5000 ans trouvés au Schnidejoch, une première au monde. On sait ainsi que le pantalon que portait ce montagnard de l'âge de la pierre, probablement victime d'un accident, pendant son périple entre l'Oberland bernois et le Valais, avait été fabriqué avec la peau d'une chèvre domestique.

University of Bern | Oeschger Centre for Climate Change Research | Falkenplatz 16 | CH-3012 Bern | info@oeschger.unibe.ch | Tel +41 31 631 31 45 
© University of Bern 2009-08-20 | Imprint

News

28 November 2014: Three young researchers from the Oeschger Centre for Climate Change Research have launched an interdisciplinary conference on the Spörer Minimum. So much scientific zest at a young age is rare.
Arrow read more